Un potager d’herbes aromatiques sur votre balcon

Dans l’esprit tendance Do it yourself insufflé par le dernier Salon Maison & Objet de Paris, vous rêvez d’installer un potager d’herbes aromatiques sur votre balcon. Voici les conseils de Gilles Guillot, chef jardinier du Prieuré d’Orsan dans le Berry, un sublime jardin d’inspiration médiévale, dans lequel, entre vergers et potager, elles jouent les stars.

fenetre-charme

Le jardin médiéval

Le jardin médiéval s’inspire des jardins monastiques. C’est un jardin clos, carré ou rectangulaire, divisé en espaces réguliers délimités par des treillages ou des ouvrages en bois. Ses plantations sont réalisées sur des plates-bandes surélevées consolidées par des planches ou des tressages de branches de saule ou de châtaigner, les plessis. On y cultive des plantes aromatiques, condimentaires ou médicinales (les simples), des plantes potagères, des arbres fruitiers et des fleurs… puis on y rêve assis sur des banquettes de gazon.

_IMG9227

Un potager sur mon balcon, une fantaisie ?

Cela peut être amusant et c’est en rapport avec la thématique du jardin médiéval : parterre surélevé, contenant en châtaigner tressé, terre végétale…

Où planter ?

L’idéal serait un coffre de 1m2 sur pied, redivisé en 9 casiers de 33 x 33 cm ayant une profondeur de 25 à 30 cm. On peut aussi trouver des contenants de différentes formes prêts à l’emploi en jardineries. Prévoir l’écoulement de l’eau.

_IMG5641

Quel terreau utiliser ?

Un substrat aménagé, au drainage efficace. Disposez au fond 5 à 7 cm de gravillonnage. Puis une couche drainante de Bidim, un géotextile qui empêche que le terreau s’insère dans les gravillons, et enfin un mélange de terre de jardin, terreau horticole et sable.

Comment l’entretenir ?

Bêcher, ne pas laisser la terre se compacter.

Avec quels outils ?

Ceux d’un potager pour enfant : petit trident à main, transplantoir, grille à trois dents, couteau à désherber.

_BER6334

Semis ou godets ?

Les puristes pourront semer sur des sillons qu’ils refermeront avec la paume de la main, persil commun, coriandre et cerfeuil. Mais le plus simple est de se procurer en jardinerie des plans en godets.

Comment disposer mes plans ?

Au centre, placez la sauge et le romarin, qui pousseront le plus haut. Autour, la ciboulette, le thym, les menthes (verte, poivrée, marocaine… il en existe 35 variétés), l’oseille, le basilic et, pourquoi pas, la livèche, un céleri vivace au goût de bouillon Maggi.

_BER1418-(1)

Comment les reconnaître si je suis néophyte ?

Il existe de jolies étiquettes en ardoise ou en terre cuite sur lesquelles vous prendrez plaisir à calligraphier leurs noms.

J’arrose quand ?

En fonction du temps, environ deux à trois fois par semaine. Les semis, avec la pomme d’arrosoir, les plans avec le bec verseur.

_IMG9507

Et ma première récolte ?

Il faut attendre environ 3 à 4 semaines. Il est conseillé de tailler régulièrement vos plantes pour les régénérer, leur bon goût en dépend.

Et si je veux apporter de la couleur ?

Vous pouvez ajouter dans de jolis pots en terre cuite quelques légumes fruits, poivrons, tomates, aubergines, accompagnés de capucines grimpantes et de bambous pour l’escalade !

Orsan-BER1422

Un jardinier autodidacte

Mon amour pour la nature me vient de promenades faites dans mon enfance avec mon frère, un scientifique. Depuis, j’aime les saisons, la faune, des insectes aux mammifères, les arbres, les plantes. J’ai construit les jardins d’Orsan depuis 22 ans, la taille, le travail de la terre, les semis, le potager, la mise en place des structures en bois… et Orsan m’a construit. J’ai découvert son côté médiéval avec Patrice Taravella, architecte et concepteur du lieu.

www.prieuredorsan.com

Auteur : Mic Chamblas-Ploton
Photographe : François Berraldacci

Julie Catroux

Possédez-vous notre application ?

Télécharger
Télécharger