Rencontre avec Karine Gosseaume, ambassadrice des Suites Parc Royal

Karine Gosseaume fait partie de cette catégorie de femmes dite “inspirante”. Le genre de femme ambitieuse, qui n’a pas peur de s’exiler durant dix ans à Madagascar, puis de redécorer de somptueux appartements parisiens – le “Parc Royal”. Rencontre.

Pouvez-nous raconter tout d‘abord un peu votre parcours ? 

J’ai commencé ma carrière en travaillant dans l’artisanat à Madagascar, où, après m’être moi-même formée, j’ai monté mon propre atelier de boutis dans la pure tradition de la Provence du XVIIIe siècle. Par la suite, je suis rentrée en France, à Paris. C’est à ce moment que je me suis lancée dans de nouveaux projets ! 

 

Comment vous est venue l’idée de collaborer avec Parc Royal ?

J’ai tout d’abord commencé à travailler au sein de l’atelier Mériguet-Carrère (l’une des plus prestigieuses maisons de peinture décorative de France) afin de développer le cuir doré ou cuir de Cordoue. Puis, de fil en aiguille, ma collaboration avec cet atelier a pris de multiples formes. Lorsque celui-ci a par exemple changé de locaux – en quittant des bureaux situés dans le 15e arrondissement – j’ai participé à la transformation de ces derniers en appartements meublés, dans un esprit industriel-bohème. Puis, j’ai réédité l’expérience dans les nouveaux locaux de Mériguet dans le Marais, rue du Parc Royal, dans un sublime hôtel particulier datant de 1619 : l’Hôtel de Croisilles. J’ai dû alors redécorer 9 appartements ! 

Maintenant, parlons déco. Quelles ont été vos principales sources d’inspiration ? 

Mes sources d’inspiration varient en fonction des styles des appartements : certains ont un style très XVIIe siècle, alors que d’autres s’inscrivent dans un esprit plus XVIIIe doté de dorures, de tissus plus riches… etc. Pour moi, il était très important de respecter l’esprit des lieux et de faire partager à nos clients ce savoir-vivre à la française.

Et au niveau des meubles, n’était-ce pas compliqué de les sourcer ? 

Oui, un peu ! La décoration des appartements a même été pour tout dire un exercice assez délicat. J’ai dû chiner pendant près de deux ans, à Paris et en province, du mobilier et des objets décoratifs afin de créer un décor aussi authentique que possible. L’idée était d’ailleurs de ne pas faire une reconstitution historique mais plutôt de créer un décor onirique. 

Selon vous, quelle genre de clientèle affectionne ce type de décoration ? 

Je pense que les étrangers sont particulièrement sensibles à ce type de décoration car ils veulent découvrir ce fameux savoir-vivre français. De manière plus générale, on peut dire que notre clientèle est une clientèle d’habitués, qui aime fréquenter de grands hôtels alliant confort et style contemporain. Avant l’ouverture officielle des lieux en 2016, j’ai d’ailleurs passé une nuit dans chaque appartement afin d’en parfaire les détails. Il y avait une douceur de vivre et une sérénité vraiment uniques… 

 

Pour finir, avez-vous des projets à venir ? 

Tout à fait ! Après le Parc Royal, je me suis consacrée à la création d’un centre de bien-être dans le Loir-et-Cher, autour de la nature, des plantes et de l’aromathérapie – car je suis une adepte des médecines naturelles – avec à la clé huit hébergements très épurés. Et ils sont désormais presque finis !

Louise Ballongue

Possédez-vous notre application ?

Télécharger
Télécharger
Offline