Martin Morel, créateur de motifs depuis 1896

Rien ne se perd, tout se transforme : telle pourrait être la devise de Maison Martin Morel. Sous l’impulsion d’Emmanuel Foyatier, l’entreprise familiale de création de motifs et d’édition de tissus, née en 1896, a repris des couleurs. Rencontre.

Pouvez-vous nous raconter en quelques mots l’histoire de Maison Martin Morel ?

C’est une jeune marque qui a une longue histoire ! Mon aïeul a lancé son entreprise spécialisée dans la confection et l’impression de motifs en 1896. Malheureusement, elle a fait faillite en 1982 mais mon grand-père a conservé les locaux de l’entreprise en l’état. Il y a quelques années, j’ai mis le nez dans les archives et j’ai décidé de créer Maison Martin Morel en 2014.

Comment réinvente t-on une entreprise ?

À l’époque, j’habitais à New York et j’avais une colocataire spécialisée dans le textile. Son job consistait à rechercher des motifs anciens, à les proposer à des designers… Je trouvais son métier beau et passionnant, je me suis souvenu que mon grand-père avait une usine, j’y suis allé et j’ai retrouvé toutes ses archives… Au début c’était pour aider mon amie mais petit à petit, j’ai relancé l’histoire familiale. On a retrouvé des motifs de 1900, 1930, 1960… Aujourd’hui, on les revisite dans une version contemporaine, remettant le vintage au goût du jour.

Si vous deviez décrire l’ADN de Maison Martin Morel ?

C’est un univers rétro, pop et haut de gamme. L’élégance du passé se combine avec une certaine fraîcheur, une modernité.

Tout en restant fidèle à ses origines…

J’ai choisi de reprendre le même nom en hommage a tout ce qui a déjà été fait par le passé. C’est une manière de ne pas oublier d’où l’on vient et de continuer le travail amorcé par mes arrières grands-parents.

Et puis c’est aussi une vraie tendance… Les motifs, on ne voit que ça !

Nous sommes dans une époque où les gens veulent des couleurs et des imprimés. Les motifs rétro expriment une personnalité, ils vous raccrochent au passé ce qui, pour beaucoup, est rassurant.

Comment travaillez-vous les motifs justement ?

Tout vient des archives. Généralement on travaille sur 5 ou 6 motifs par collection. Pour les classiques comme le Wave, on reproduit le motif à l’identique pour mieux jouer sur les proportions et les couleurs. L’échelle est pensée en fonction du produit : pour les accessoires de la maison, le motif est trois fois plus grand que pour le prêt-à-porter. Pour les patchwork, on superpose plusieurs motifs. Dans tous les cas, on recherche l’harmonie visuelle.

Qu’est-ce qui est venu en premier, la maison ou le prêt-à-porter ?

On a commencé par les sweats et les foulards en soie. Au fil des saisons, la partie mode s’est étoffée et depuis septembre 2016, une ligne dédiée à la maison a été lancée. L’imprimé étant universel, c’était important de ne pas faire que de la mode.

Votre conseil déco ?

Mieux vaut y aller petit à petit. Commencez par exemple avec du papier peint sur un pan de mur et associez-y un ou deux coussins ou une paire de rideaux. Cela va donner de la personnalité à la pièce sans l’étouffer. Quoiqu’il en soit, l’essentiel, c’est de se sentir bien chez-soi.

Un petit mot sur la fabrication…

Toute notre ligne consacrée à la maison est fabriquée près de Lyon. Pour l’impression, nous procédons soit de manière traditionnelle à l’aide de cylindres, soit de manière numérique. Tout est fabriqué en France sauf nos foulards qui sont faits en Italie.

Votre prochain projet ?

On travaille actuellement sur la décoration d’un hôtel breton. On recherche donc les motifs qui correspondent au lieu, on imagine les chambres, leur papier peint, leurs rideaux… C’est passionnant !

Crédits photos © Maison Martin Morel

Possédez-vous notre application ?

Télécharger
Télécharger