Dans l’atelier de Sylvie Langet

Rencontre avec Sylvie Langet. Designer sur porcelaine, elle nous livre ses inspirations, les secrets de son savoir-faire et ses coups de cœur.

D’où vous vient votre passion pour le design sur porcelaine ?

Je tiens mon goût pour les beaux objets d’un de mes oncles, grand collectionneur, qui habitait en Lorraine. Parmi ses nombreuses pièces d’exception, je retiens ses émaux (Longwy), ses cristaux (Daum, Baccarat, Saint-Louis…) et ses pâtes de verre (Nancy). Je passais de longs moments à les contempler dans ses vitrines illuminées.

À quand remonte la création de votre entreprise ?

J’ai lancé mes premières collections en 1993. Autodidacte dans l’âme, je réalise des croquis que je propose ensuite à de grandes maisons d’édition. L’aventure commence dans l’atelier (1, 3, 6, 8).

Sylvie_Langer_2

Chez qui pouvons-nous trouver vos créations ?

Dès mes débuts, je réalise des dessins pour de grandes maisons comme Hermès, Christofle, Guy Degrenne et Flammant. Aujourd’hui, je travaille principalement avec Deshoulières (10), Dibbern et Raynaud. De célèbres porcelainiers implantés majoritairement à cristaux sauf pour Dibbern, un éditeur allemand.

Sylvie_Langer_3

Quel est votre processus créatif ?

Je travaille en solo dans mon atelier. Mes esquisses de motifs sont réalisées à l’aquarelle, à la gouache ou à la peinture acrylique. Elles sont ensuite proposées aux différentes maisons d’édition et reproduites via les techniques du chromo, de la sérigraphie ou du décalcomanie.

Où peut-on trouver vos collections ?

Elles sont présentées aux Galeries Lafayette, au Printemps et au Bhv entre autres. Elles sont aussi distribuées aux Etats-Unis, sur la côte Ouest.

Sylvie_Langer_x

Comment définiriez-vous votre style ?

En deux mots, classique et contemporain à la fois.

Quelles sont vos collections qui rencontrent le plus vif succès ?

Les collections « Coquine » et « Arcade » (2, 4, 5, 7) éditées pour Deshoulières sont particulièrement demandées. On aime les mélanger sur une table des grands soirs. Si l’une affiche une dentelle en gris perle, l’autre joue les précieuses avec des dorures fines.

Y-a-t-il des teintes qui ont votre préférence ?

Mes couleurs phares sont le vert, le rouge, le rose et le gris souris. J’applique des teintes vives pour rehausser la composition générale. Par exemple, dans la collection « Couture » (9, 11, 12, 13) inspirée par l’univers graphique de Coco Chanel, le point rouge ponctue le fond noir et blanc de l’assiette et vient comme la cerise sur le gâteau.

Sylvie_Langer_5

Un conseil pour mettre en valeur votre vaisselle fine ?

J’aime, là encore, jouer avec les aliments et leurs couleurs. Pour mettre en valeur mon service « Arcade » je choisis de présenter dans ses assiettes plates une viande sauvage faisandée. Sombre, elle se dessine particulièrement bien sur la surface de l’assiette. Ajoutez quelques baies roses pour pimenter l’ensemble. Les zestes de citron verts ou jaunes, les fleurs séchées comme la lavande, la violette des bois et les pensées peuvent aussi faire de belles décorations.

Ecrit par : Dereen O’sullivan publié le samedi 15 février, © Westwing Home & Living
Photographie : © Deshoulières, Sylvie Langet

greep cynthia

Possédez-vous notre application ?

Télécharger
Télécharger