Rencontre avec Cécile Zarokian, parfumeur

Formée à Grasse après des études de parfumerie, Cécile Zarokian, parfumeur indépendant, nous fait découvrir les coulisses de son métier. Rencontre avec une passionnée des odeurs qui considère la création d’un parfum comme un art.

Westwing_Magazine_CecileZarokian_1

Quel est votre parcours ?

J’ai commencé par faire l’école de parfumerie créée par Guerlain (ISIPCA), un master en alternance, durant lequel j’ai été formée à Grasse dans une société de création par un parfumeur sénior, et où j’ai continué à faire mes classes pendant quelques années. En 2011 j’ai décidé de fonder ma propre société pour être parfumeur indépendant.

Comment vous est venue cette passion pour les parfums ?

J’ai toujours été fascinée par les odeurs en général, pas nécessairement uniquement les parfums. J’adore sentir les différentes odeurs de papiers, les odeurs des gens à travers ce qu’ils portent, l’odeur de lessive de leurs vêtements ou leurs accessoires, leurs parfums; tout ce qui passe entre mes mains passe sous mon nez…

En quoi consiste le métier de « nez » ?

Les marques me confient la création de leur parfum, que je conçois à partir de leur cahier des charges ou “brief” olfactif, que ce soit des eaux de parfum ou des bougies parfumées, etc… Occasionnellement je créé aussi des fragrances sur-mesure pour des particuliers qui me confient ainsi leurs souhaits les plus chers pour créer leur propre parfum, unique.

Parfumeur, est-ce un don ou un savoir-faire ?

Je dirais que c’est comme tout domaine artistique (musique, peinture, etc..), il faut avoir des prédispositions mais c’est également un savoir-faire, qui nécessite beaucoup de travail et d’apprentissage.

Quelles sont les qualités d’un nez ?

Je pense qu’il faut être passionné et persévérant.

Westwing_Magazine_CecileZarokian_2

Comment conçoit-on un parfum ?

On conçoit un parfum à partir du brief, de l’histoire qu’il doit raconter, les émotions et sensations que l’on aimerait provoquer. Je dois traduire tout cela avec des matières premières, susciter olfactivement ce qui a été évoqué dans le brief.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Tout ce qui peut nourrir ma créativité, les voyages, les rencontres, les expériences personnelles…

On dit souvent qu’un parfum est différent selon la personne qui le porte. L’alchimie entre un parfum et une personne est-elle une affaire de peau ?

Chaque peau va révéler le parfum différemment, et sa perception est évidemment subjective. C’est ce qui rend le parfum aussi unique et captivant.

Considérez-vous votre métier comme celui d’un artiste ?

Oui. Pour moi le parfum est une oeuvre de l’esprit et la création de parfum est un art. Le parfumeur est un artiste, tout autant qu’un compositeur de musique ou encore un designer dans la mode.

Quels sont les parfums, senteurs, qui ont votre préférence ?

Je n’ai pas vraiment d’odeur préférée ou de parfum préféré. Tout dépend du contexte, de l’humeur, etc…

Quels types de parfum d’intérieur ou de bougies conseillez-vous ? Pourquoi ?

Pour moi ces fragrances doivent être en adéquation avec le lieu qu’elles parfument. Lorsque l’on parfume chez soi par exemple, il me paraît important d’avoir une fragrance presque aussi complexe et sophistiquée qu’un parfum pour soi, car c’est l’odeur qui représentera notre intérieur, c’est la signature de sa maison.

Quelques mots pour décrire ces différentes senteurs : jasmin, vanille, thé vert et musc ?

Le jasmin a une odeur florale, opulente, animale, un peu fruitée. La gousse de vanille a une odeur cuirée, lactée, animale, baumée. Le thé vert a une verte, une odeur de foin, de feuilles séchées. Les muscs blancs rappellent l’odeur de propre, des lessives, ont souvent une note fruits rouges.

www.cecilezarokian.com

La page Facebook de Cécile Zarokian

Julie Catroux

Possédez-vous notre application ?

Télécharger
Télécharger
Offline