Une déco rugissante

Cet hiver, on se la joue sauvage avec l’imprimé animal. Dans notre dressing ou dans notre déco, il réveille notre instinct primitif, l’excentricité en prime.

 
1. Miroir Safavieh – 2. Serre-livres G&C interiors – 3. Affiche Any Image – 4. Tabouret clouté Safavieh – 5 & 6. Lampe et table G&C interiors – 7. Tapis Safavieh – 8.Philosophy Di Lorenzo Seratini, automne 2017

Tendance durable qui symbolise le retour à la nature, l’imprimé animal est indissociable de l’univers de la mode où, depuis quelques années l’animal est devenu, comme chez Ralph Lauren ou Kenzo, un emblème à part entière. Sur des matériaux de qualité, il se joue de l’imaginaire collectif en rappelant l’élégance et la force de l’état sauvage. Longtemps associé aux tribus primitives d’Afrique, les peaux étaient réservées, en Occident, à l’élite aristocratique. Il faut attendre les années 1930 pour les voir quitter les hautes sphères sociales. Sexy chez les pin-up ou vulgaire chez les prostituées, le léopard devient un imprimé transversal qui traverse les classes sociales. En 1947, Christian Dior est le premier a introduire ce motif dans la mode. Symbole de sensualité et d’assurance féminine, le léopard s’impose ensuite dans notre déco une vingtaine d’années plus tard grâce à Madeleine Castaing. Celle qui disait faire des maisons comme d’autres des poèmes a imprimé une patte particulière dans l’univers de la décoration. Mélange d’imprimés chatoyants, de mobilier chiné et d’associations colorées audacieuses, le style Castaing fait la part belle aux motifs animaliers. Sur des tapis ou sur les murs, Madeleine Castaing décline le léopard à l’envi, libérant les intérieurs des carcans de l’époque. Une vraie leçon de style.

Possédez-vous notre application ?

Télécharger
Télécharger
Offline