La déco fait son cirque

Tour de piste de notre déco avec une ambiance inspirée des cirques ambulants des années 1930. Loin de l’atmosphère horrifique du Freak Show d’American Horror Story, elle joue la carte de l’acidulé rétro.

Ces derniers temps, on a beaucoup entendu parler du cirque. Dans la presse, à la télévision, sur les réseaux sociaux… Et pas toujours dans de bons termes. Il faut dire qu’après l’abattage d’un tigre dans les rues de Paris en novembre dernier, la sempiternelle question du faut-il interdire, oui ou non, les animaux sauvages au cirque était plus que légitime. Mais elle divise et tourne en rond, comme un lion en cage. Pas question d’entrer dans ce débat épineux donc. Chez Westwing on choisit le terrain plus neutre et plus ludique de la déco. Dans l’imaginaire collectif, le cirque est avant tout un chapiteau en toile. Les numéros s’y succèdent sur fond d’ensemble de cuivres. Marqué par des grands noms comme Bouglione, le cirque est une usine à rêves. Comme l’a un jour écrit Henry Miller : « C’est un petit bout d’arène close, propre à l’oubli. Un temps plus ou moins bref, il nous permet de ne plus penser à nous, de nous dissoudre dans l’émerveillement et la félicité, d’être transportés de mystère. »  Un imaginaire que l’on transpose facilement dans une chambre d’enfant avec, par exemple, le papier peint Pierre Frey, mais qui n’est pas toujours facile à vivre dans les autres pièces de la maison. Par touches, l’univers du cirque s’invite donc via des affiches, du mobilier industriel, une étoile lumineuse, un cheval à bascule… Autant de petites choses qui nous permettent de garder à l’esprit que, même adulte, notre âme d’enfant n’est jamais loin.

Crédits photos : Living4Média

Possédez-vous notre application ?

Télécharger
Télécharger
Offline