Tendance : c'est le bouquet !

Avec le printemps, on se pique de botanique et on sème feuilles et fleurs dans notre intérieur. En all-over ou par touches, la nature a toute sa place dans notre déco.

Dans un esprit flower power, la fleur est devenue une obsession. Sur des robes, des chemisiers, des affiches, des petits objets ou en format naturel, elle fleurit sans jamais lasser. Symbole de paix et d’amour, la fleur est aussi l’incarnation de l’éphémère. On la décline donc version séchée, comme à l’Hôtel Grands Boulevards, à Paris, décoré par Dorothée Meilichzon. Gypsophiles, hortensias, têtes de pavot… Les compositions florales y sont mises en valeur grâce au contraste des bouquets clairs sur des murs sombres. L’avantage d’opter pour ces versions séchées est que les fleurs se conservent beaucoup plus longtemps et ne nécessitent pas beaucoup d’entretien, si ce n’est un petit coup de sèche-cheveux de temps en temps sur le mode “air froid” pour enlever la poussière.

Quand il s’agit de fleurs, on ne fait jamais les choses à moitié. L’an passé, à New York, le designer floral Lewis Miller a décidé de rendre les bouquets accessibles à tous avec des compositions XXL arrangées dans des poubelles, autour du mémorial de John Lennon… L’idée ? Apporter de la couleur en ville et repenser notre rapport à la nature et à la beauté. Car ce qui nous intéresse dans la fleur coupée, ce sont avant tout ses couleurs, son potentiel déco. Il suffit de quelques tiges pour typer un décor et que celui-ci devienne tour à tour bohème ou classique.

Louise Ballongue

Possédez-vous notre application ?

Télécharger
Télécharger
Offline