La Favorite, film au décor historique

La Favorite est le premier film historique du réalisateur grec Yorgos Lanthimos, prévu sur grand écran le 6 février prochain. L’histoire se déroule dans un palais aristocratique du XVIIIe siècle, au beau milieu de la royauté britannique. Elle dépeint les relations de trois femmes aux commandes, entre amour, abandon, faveurs et pouvoir. Les décors du film, très réalistes, occupent une place centrale, au même rang que les dialogues ou les costumes. Pour découvrir en avant-première les dessous de ce film, suivez le guide !

© Twentieth Century Fox 2019

Le synopsis du film 

Au début du XVIIIe siècle, l’Angleterre et la France sont en guerre. La reine Anne, à la santé fragile et au caractère instable, règne sous l’influence de son amie Lady Sarah Churchill. Lorsqu’une nouvelle servante arrive à la cour, Abigail Hill, elle parvient à s’attirer les faveurs de Sarah qui la prend sous son aile. Alors que les enjeux politiques de la guerre absorbent Sarah, Abigail gagne la confiance de la reine et devient sa confidente. Grâce à cette amitié, la jeune servante saisit l’occasion de satisfaire ses ambitions.

© Twentieth Century Fox 2019

La reine Anne 

Accablée par le deuil, les accès de goutte et le manque d’assurance, la reine Anne a toutefois su faire preuve d’une grande autorité dans l’exercice de son pouvoir et dans LA FAVORITE, où elle oscille comme un pendule entre panache et pathos. Afin d’incarner au mieux toutes ces contraintes et ces émotions, Yorgos Lanthimos a choisi une actrice de renom : Olivia Colman.

Le décor

Pour le palais, la production a jeté son dévolu sur Hatfield House, une propriété jacobine située dans l’Hertfordshire en Angleterre. Ses longs couloirs s’étendent sur des kilomètres, donnant sur de grands escaliers et de spacieux salons.

© Twentieth Century Fox 2019

Un espace presque démesuré, qui a d’emblée séduit le réalisateur : «Depuis le début, j’avais cette image de personnages solitaires dans de vastes espaces», confie Yorgos Lanthimos. Un décor qui tient un vrai rôle comme le confirme Ceci Dempsey, productrice du film : “le fait d’être confiné dans des espaces clos comme ceux-là ne peut qu’attiser les tensions personnelles des personnages».

© Twentieth Century Fox 2019

Autre impératif : la fluidité des décors. «Les appartements de la reine changent souvent, nous n’avions pas de règles fixes quant à la place précise des choses. J’aime beaucoup l’idée dans le scénario que la reine soit transportée sur une chaise à porteurs, il y a ainsi une mobilité naturelle des objets où qu’elle aille», note Fiona Crombie, chef décoratrice du film.

Les couleurs 

Fiona Crombie a réalisé le palais royal tel que le concevait Yorgos Lanthimos. Le sol en marbre en damier noir et blanc, du grand hall de Hatfield l’a aidé à développer une palette de couleurs variée pour le film, avec un champ monochromatique de dorés, des tons champagne, ananas et chêne. 

© Twentieth Century Fox 2019

Bien que les sols et les murs aient été une source d’inspiration, Fiona Crombie a fini par modifier complètement l’aspect de Hatfield. «Pour créer la chambre de la reine Anne, nous avons retiré de nombreux tableaux incroyables, des meubles et des tentures afin de pouvoir développer notre propre langage visuel.»

© Twentieth Century Fox 2019

Une vision moderne 

Même si le film se déroule dans un cadre historique, Yorgos Lanthimos a tenu à le rattacher au présent : «Nous nous sommes inspirés de vraies personnes et de vraies histoires, mais les avons largement réinventées afin de faire un film qui, je l’espère, fera allusion aux problématiques similaires auxquelles nous pouvons tous nous identifier, présentes dans notre vie quotidienne contemporaine», conclut il.

© Twentieth Century Fox 2019

Louise Ballongue

Possédez-vous notre application ?

Télécharger
Télécharger
Offline