Les meilleures marques jusqu'à -70% ici !

Les meilleures marques jusqu'à -70% ici !

Mur de briques blanches avec deux tableaux

Déplacer des cloisons, créer de nouveaux espaces de circulation, faire un agrandissement… Abattre un mur peut transformer votre intérieur. Mais avant d’entamer un tel changement structural, assurez vous que la cloison que vous souhaitez abattre n’est pas un mur porteur.
Comment reconnaître un mur porteur ? En architecture, un mur porteur sert à soutenir la charpente. Si les murs de façade sont toujours des murs porteurs, il peut s’avérer difficile d’identifier les murs porteurs à l’intérieur d’une habitation.

Voici 3 astuces pour vérifier si la cloison à abattre est un mur porteur

  • Tapotez votre mur comme vous frapperiez à une porte. Si le mur sonne creux, il s’agit très probablement d’une cloison de service. Si le mur sonne plein, il s’agit vraisemblablement d’un mur porteur.
  • Pour reconnaître un mur porteur, tenez compte de l’épaisseur des cloisons. Généralement, les cloisons d’une épaisseur supérieure à 15 centimètres sont des murs porteurs.
  • Consultez les plans de votre appartement ou maison. Les murs porteurs y seront représentés à l’aide de traits plus épais que les cloisons de service.

Bon à savoir : un mur qui sonne creux n’est pas toujours un mur de séparation. Il peut s’agit d’un mur porteur recouvert de plaques de plâtre ou de lambris. Prenez par conséquent le temps de bien examiner vos murs avant de les démolir. Toute erreur peut avoir de graves répercussions sur la résistance mécanique de la charpente. En cas de doute, faites appel à un professionnel du bâtiment. Certains sont spécialisés dans la rénovation de maisons et ils sauront parfaitement identifier un mur porteur.

Quelles étapes pour casser une cloison de séparation ?

Dès lors que vous savez comment reconnaître un mur porteur et que vous avez la garantie qu’il s’agit bien d’une simple cloison de séparation, vous pouvez passer aux travaux de démolition.

Une cloison séparatrice peut être constituée de différents matériaux :

  • plaques de plâtre
  • bois
  • panneaux alvéolaires
  • carreaux de plâtre

Première étape avant de la démolir une cloison, couper le courant. Même si l’alimentation électrique est posée en applique, vous ne pouvez pas avoir la garantie, notamment dans les maisons anciennes, que des fils électriques n’y soient pas encastrés. C’est pourquoi il faut toujours couper l’électricité avant d’abattre un mur. Assurez vous également que la cloison que vous envisagez de démolir n’accueille pas un circuit d’eau, en particulier si la cloison se trouve à proximité d’une cuisine ou d’une salle de bain.

Recouvrez ensuite le sol de bâches de protection et retirez les meubles avoisinants. Vous pouvez commencer à démolir votre cloison. Les outils dont vous aurez besoin dépendront du matériau dont elle est constituée.

Pour démolir une cloison montée sur ossature métallique, munissez-vous d’un pied de biche pour retirer les plinthes. Vous aurez ensuite besoin d’un cutter pour découper les bandes à joint et d’une scie à guichet pour couper les montants. Une masse vous aidera à retirer le placo. Pour dévisser l’ossature métallique, utilisez une visseuse-dévisseuse électrique.

Pour démonter une cloison en bois, munissez-vous d’une masse, d’une visseuse-dévisseuse électrique, d’un pied de biche, d’une meuleuse et éventuellement d’une scie circulaire. Pensez à porter des équipements de protection individuelle adaptés, comme des gants et un masque.

Peut-on supprimer des murs porteurs ?

Oui, des murs porteurs peuvent être supprimés ou modifiés. Toutefois, cette opération doit impérativement être exécutée par un professionnel aguerri. Lui seul est en mesure de savoir comment reconnaître un mur porteur d’une part et comment assurer la résistance mécanique de l’ouvrage d’autre part. Il pourra notamment préconiser d’installer des poutrelles de soutien métalliques (ou IPN).

En outre, si vous habitez en appartement, sachez que la démolition d’un mur porteur doit préalablement être validée par les copropriétaires. Un plan homologué par un professionnel devra notamment leur être présenté. Ce n’est qu’après la validation du projet par la copropriété que les travaux d’abattage pourront débuter.